CHAPITRE I: Proposition Venimeuse

Le soleil donnait une belle dose de sa clarté ce mercredi vingt-six juin. Assise à l’arrière d’un taxi, je devais faire face à la chaleur dans un embouteillage. Je ne regrettais pas le choix de mon chemisier pagne sur mon pantalon de couleur orange. J’étais décontractée dans cette tenue, sous ce chaud soleil. En plus, le style que j’avais choisi mettait en valeur mes longues jambes et ma peau claire. Sur mon passage, les hommes me dévoraient des yeux. Je savais qu’ils adoraient les femmes claires. J’étais une séductrice !

Mon regard de braise les envoûtait. J’avais reçu plusieurs compliments à propos de mes lèvres pulpeuses. J’achetais toujours des tenues qui valorisaient ma poitrine aguichante. Je recevais plus de déclarations d’amour, surtout, quand je mettais mes lentilles de couleur bleue à mes yeux de biche. Je crois que cela fut l’une des raisons pour lesquelles je restais captivée par le personnage de Rubi dans la telenovela mexicaine du même nom. Au quartier, certains amis me surnommaient » la guitare «. Ils trouvaient que les courbes de mon corps formaient une guitare.

Les minutes s’égrenaient. Pourtant, le taxi n’avançait pas. Je n’arrêtais pas de jeter des coups d’œil à ma montre Chanel. J’étais en colère devant le prix du compteur du taxi qui augmentait au fur et à mesure. Je ressentais quelques piqûres dans mon tissage péruvien. C’est à ces moment-là, que j’enviais les filles qui optaient pour des cheveux courts. Le chauffeur, qui était habitué à la situation, m’observait dans l’un des rétroviseurs. Je lui demandai poliment de baisser les vitres. Je sentais le besoin de m’oxygéner. Suite à ma demande, il s’exécuta.

Après une heure d’attente, la circulation reprit lentement puis de manière fluide. Le taxi stationna devant l’université de communication. Je m’empressai de descendre et courus en direction du secrétariat. J’avais rendez-vous avec la secrétaire à huit heures pour le retrait de mon diplôme. J’accusais un retard d’une heure. Dès que je franchis le seuil de l’entrée principale, je retirai un mouchoir de mon sac à main pour m’éponger le visage. Malgré mon retard, je me dirigeai rapidement vers les vestiaires, le temps de me refaire une beauté. Être belle en tout temps était une de mes priorités dans la vie. Je ne voulais pas rencontrer la secrétaire dans un état délabré. Être en face d’elle était un supplice. Je ne la supportais pas. Non seulement, elle se maquillait agressivement, mais elle exposait sa grosseur dans des tenues extravagantes.

Autrefois, elle arborait un joli teint noir, mais malheureusement, elle avait succombé à l’emprise de la dépigmentation. Une fois qu’elle avait fini de manger ses bananes braisées, sa journée commençait par de longues heures de conversations téléphoniques. Ses parents et ses connaissances avaient droit à ses salutations journalières. Je n’aurais pas eu tant de mal si elle utilisait son propre crédit de communication. Je trouvais qu’elle abusait de la ligne téléphonique de l’université pour ses papotages. S’informer au secrétariat était un parcours du combattant. Cette ligne était toujours occupée. Trouvez-vous normal qu’une secrétaire se fasse peindre les ongles tandis que des étudiants nécessitent son attention ? Notre secrétaire confondait son bureau et son domicile.

Sa rancœur envers ma personne naquit le jour où j’eus à lui faire des reproches sur son attitude. Elle était en pleine concentration sur un feuilleton et m’invitait à repasser à un autre moment. Et pourtant, j’avais besoin de son cachet urgemment sur l’un de mes documents universitaires. Depuis cet incident, elle me trouvait arrogante et stupide.

Cette secrétaire n’arrêtait pas de se moquer du faible niveau des étudiants dans la langue de Molière. Sa phrase favorite était la suivante : “Les étudiants en journalisme, non seulement, s’expriment mal, mais ils ont de nombreux problèmes en rédaction.” Et pourtant, elle n’était même pas capable d’écrire une phrase sans faire de faute. Je me demandais toujours sur quelle base elle avait été recrutée dans cette université de renom.

Je revins des vestiaires. Je pris place dans la salle d’attente. Je donnai quelques coups à la porte du secrétariat pour signaler ma présence. De l’intérieur, personne ne répondait. Je me dis qu’elle devrait être sûrement dans le bureau de la comptable pour ses tournées de commérages. Je pris un magazine portant sur les travaux de fin de cycle des étudiants en marketing. Je me plongeai dans un petit moment de lecture. Le secrétariat fermait ses portes à quatorze heures. J’étais en retard au rendez-vous, mais j’avais encore le temps pour retirer mon diplôme. Je savais qu’à ses heures libres, la secrétaire circulait de bureau en bureau pour bavarder. Elle savait tout de la vie privée du personnel de l’administration mais aussi des étudiants.

Après l’obtention de mon baccalauréat en 2010, j’avais passé avec brio le test soumis aux candidats qui désiraient entrer dans cette prestigieuse université de journalisme. Je me rendis compte que nous étions des milliers de jeunes qui rêvaient d’appartenir à cette université. Le jour du test, la cour refusait du monde. A la proclamation des résultats, je vis des candidats en pleurs devant l’échec. Une fille jubilait de joie. Elle était émue, car elle passait le test pour la quatrième fois. Sincèrement, je croyais qu’une fois admise, j’aurai été boursière. Je me voyais déjà après ma formation sur une grande chaîne de télévision,présentantlejournal.

Durant trois ans, je fus formée aux rudiments du journalisme. Ma perception de ce métier avait changé dès ma première année. J’étais persuadée que mes un mètre quatre-vingts, mes différents titres de miss remportés dans la capitale abidjanaise et ma belle plastique m’auraient suffi pour être la muse de plusieurs chaînes de télévision. Je disais, à qui voulait l’entendre, qu’à la fin de ma formation, les directeurs des chaînes de télévision me feraient la cour pour m’intégrer au sein de leurs entreprises. Le journalisme n’était pas mon métier de rêve. Je le voyais comme un métier qui pouvait enrichir mon carnet d’adresses dans tous les secteurs d’activités. J’avais vu plusieurs journalistes lors de mes concours de beauté parler ou prendre les contacts des hommes influents. Mes yeux s’illuminaient quand certains d’entre eux prenaient mes coordonnées sous prétexte de garnir leur carnet d’adresses. Ils trouvaient que le carnet d’adresses était capital dans l’exercice du journalisme. Je crois que mon envie pour ce métier naquit de là.

 

Share Button

Un comentario sobre “CHAPITRE I: Proposition Venimeuse

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *