Les larmes de Bassam

Bassam

Yako Bassam
Ville aux mille cocoteraies
Berceau de l’histoire du peuple ivoirien
Patrimoine mondial de l’Unesco
N’est-ce pas sur tes bords que débarquèrent les premiers pas du colonisateur ?
N’as-tu pas porté le trône de première capitale de l’ivoire ?
Ton sable si fin a toujours suscité l’engouement de longer tes bords.
Ta brise si fraîche a toujours redonné de la vigueur à tes visiteurs.
Convoitise des touristes venant de tout horizon pour se réchauffer sous ton doux soleil.
Fierté de tes enfants qui viennent comme un rituel se plonger dans tes eaux
Une fois de plus, tu entres dans l’histoire, mais la plus triste de ton histoire
Ton sable est taché du sang innocent de tes enfants surpris par les balles puissantes de ces assassins
Tes eaux sont en fureur face à ton impuissance
Tes vagues si fortes face aux familles inconsolables
Yako Bassam, que tes eaux s’apaisent afin que tes vagues fassent le nettoyage de cette tache.
Yako Bassam, que ta brise légère sonde les cœurs endeuillés
Yako Bassamdésormais tu auras le rôle de garder l’histoire de ces petits anges partis si tôt.
Nous irons toujours sur tes côtes pour revivre malgré cette barbarie
Bassam, Même pas peur sera notre slogan sous tes belles cocoteraies
Bassam, j’ai vu tes pleurs ; essuie tes larmes.

Share Button

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *